Bambou

qui pousse partout et sert à tout au Japon

On parle du bambou, « Také » en japonais.
Pourquoi « couteau suisse » ? Parce qu’il sert à tout ou presque.
Il a de puissantes racines historiques : à l’époque Edo au XVIII siècle tout l’entraînement aux arts martiaux japonais se faisait avec un sabre de bambou. C’était le Kendo, toujours pratiqué. Attention ! Il était bien effilé.

Bambou dans les montagnes et les jardins

En fait au Japon le bambou est partout dans la nature, se reproduit aisément et existe dans toutes les tailles possibles et un grand nombre de couleurs autour du jaune, du vert et du noir.
Dans les montagnes, son vert souvent très vif tranche avec les cerisiers blancs au printemps ou les érables rouges de l’automne et sa hauteur peut être gigantesque.
Je me souviens d’avoir visité un massif dans la grande île du sud, Kyushu qui était présenté comme remarquable : c’était incroyable comme il faisait nuit en plein jour tellement c’était serré. J’ai essayé de compter sa hauteur comme un immeuble : à onze étages je me suis arrêté, c’était trop haut pour voir le sommet !

Foret de bambous

Il y en a aussi beaucoup dans les jardins japonais et là c’est leur variété qui est frappante : lors d’une visite d’un très beau jardin un peu sophistiqué je vois en bordure d’allée du bambou bas à feuille large un peu bicolore. Le guide me demande le silence pour écouter le bruit que faisaient ses feuilles dans le vent d’automne, comme une voix qui murmure. On l’appelle le bambou du poète, me dit-il…
Passons de la poésie à la vie quotidienne : le bambou est un bois fibreux, à la fois résistant et flexible dont l’usage au quotidien est sans fin.

Bambou de l'allée de temple de Kyoto

Pour les ustensiles de cuisine :

Dans la cuisine bien sûr : oui, les baguettes, couverts de tous les jours au Japon. Combien de milliards en stock dans les magasins, je ne sais pas ! les plats tressés, les paniers de toutes tailles, les cuiseurs-vapeur.
On en fait aussi de la ficelle très solide.

Il est présent aussi dans l’Art.

La flûte traditionnelle comme « le Shakuhashi » et d’autre instruments. Notamment «le Sasara », petit instrument à vent fait de deux tubes liés ensemble et utilisés pour des cérémonies « Shintô »*, la religion traditionnelle japonaise par exemple pour la bénédiction de la culture du riz.
Les ustensiles de la cérémonie du thé sont aussi en bambou de qualité.
Très bien tout ça !

En plus, ça se mange !

Mais est-ce que cela se mange ? Oui ! les pousses de bambous de la bonne espèce et coupées à temps sont délicieuses avec une sauce Miso, cuites à la vapeur… dans du bambou.
Un conseil : n’essayez pas avec celles de votre jardin, ça ne serait pas très bon !
Il faut bien que le Japon garde ses mystères.

Pousses de bambou

*
Le shinto ou shintoïsme est la plus ancienne religion spécifique au Japon,
Basée sur un calendrier et des figures liées à la Nature.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This